D’où venons-nous ?

 

En 2000, les 2 Conférences de supérieurs majeurs - C.S.M. et C.S.M.F. - ont célébré ensemble le nouveau millénaire. Cette assemblée était un signe précurseur de cette conférence unique qui a pris visage en novembre dernier après huit ans de recherche.

 

Un contexte porteur

  • La vie de l’Eglise en France, et plus largement au niveau international, invite à des collaborations et des soutiens mutuels de plus en plus nombreux entre les instituts religieux comme entre les instances qui sont à leur service. La dimension inter-congrégations se développe aussi de manière forte et devient ainsi un témoignage de ce qui anime la vie religieuse elle-même. 
  • Des liens étroits existent entre les instituts de vie apostolique et ceux de vie contemplative : tous les abbés sont membres de la CORREF. Les moniales ont leur structure propre, le SDM. Celui-ci a des liens d’association avec la CORREF et participe à des réflexions et travaux communs.
  • Un partenariat déjà ancien entre CSM-CSMF a permis une meilleure connaissance et reconnaissance.

Un chantier déjà ouvert

Pendant huit ans, au niveau des conseils, ce projet s’est concrétisé de diverses manières :

  • réflexion régulière au sein de chacun des deux conseils CSM et CSMF
  • réunions de travail entre les membres de leurs bureaux 
  • collaboration accrue entre présidents et secrétaires
  • rencontre de quelques Conférences Uniques voisines à l’étranger …
  •  …

Au niveau des membres des Conférences, des assemblées communes, tous les 2 ans depuis 2000 ont resserré les liens par des échanges sur des questions vitales :

  • En 2000, " L’espérance pour demain, une mémoire créatrice "
  • En 2002, " Vie religieuse et violence : quel témoignage, quelle mission ? "
  • En 2004, "Qu’est-ce qui bouge ? Changement de mondes… déplacements pour la vie religieuse "
  • En 2006 : "Religieux, religieuses : hommes et femmes de liberté ? L’exercice de l’autorité au service de la liberté."

Une réflexion commune est menée depuis plusieurs années lors du travail avec la C.E.F (Conférence des Evêques de France) dans des commissions ou groupes nombreux, en particulier dans les diverses instances tripartites.

La mise en œuvre de projets (par exemple : élaboration de documents de réflexion et de travail, rencontre des jeunes religieux et religieuses, rassemblement des laïcs associés aux Instituts, etc.) a suscité des collaborations variées qui ont montré l’intérêt et la richesse d’un travail commun.

Deux organismes l’URCEC (l’Union des Réseaux Congréganistes de l’Enseignement Catholique) et la FNISASIC (la Fédération Nationale des Institutions de Santé et d’action sociale d’Inspiration Chrétienne) sont nés aussi de cette collaboration pour soutenir les œuvres d’éducation et de santé créées par les congrégations et gérées aujourd’hui principalement par des laïcs. Des religieux et religieuses y sont très actifs.

Un mouvement en Europe

La création de Conférences uniques est actuellement un mouvement dans beaucoup de pays européens : bon nombre de Conférences masculines et féminines ont cheminé – ou sont en train de le faire - vers la constitution de conférences uniques (Espagne, Portugal, Irlande, Pays-Bas, Allemagne, Belgique). L’existence de ces Conférences européennes uniques manifeste l’importance actuelle de cette mise en place.

© CORREF. Réalisation spyrit.net